Que faire la veille d’une course ?

Compétition de triathlon

La veille d’un triathlon est une journée très chargée. Il y a plein de choses à faire et, si on n’est pas bien organisé et que l’on n’a pas un plan de match, on peut gaspiller beaucoup d’énergie inutilement. Voici mes astuces pour avoir une veille de course efficace et sans stress.

 

Assurez-vous que tout votre équipement fonctionne bien plusieurs jours (voire semaines) avant la course, et non la veille de celle-ci.

Au fil des années, j’ai eu plusieurs surprises la veille de courses, que ce soit des crevaisons, des bris mécaniques ou des vitesses qui changent mal. Ce n’est vraiment pas plaisant de passer la veille de la course dans un magasin de vélo (et ça m’est arrivé très souvent !). Je vous suggère donc de passer au bike shop au moins une semaine avant la compétition, ou au moins avant votre départ pour la course pour vous assurer que tout fonctionne bien. Assurez-vous que votre chaîne n’est pas trop usée et que vos pneus sont en bon état. Aussi, assurez-vous que vos vitesses changent bien avec vos roues de course (si vous avez une paire de roues d’entraînement et une autre paire pour les courses).

 

Faîtes votre activation le matin.

La veille de la course, je fais généralement 15 à 20 minutes de natation, 15 à 20 minutes de course à pied et 45 minutes de vélo. Le but est non seulement d’activer mon corps, mais aussi de m’assurer que tout est en ordre. Si je remarque que mes lunettes de natation sont brisées ou que mon vélo ne fonctionne pas bien, ça me laisse le reste de la journée pour trouver des solutions. En s’entraînant le matin, ça permet de pouvoir relaxer le reste de la journée.

 

Ne passez pas trop de temps sur le site de course.

On aime ça, magasiner sur le site de course et découvrir tous les nouveaux gadgets, mais la veille d’une course n’est pas le moment pour faire du magasinage ! Si vous voulez visiter les détaillants sur place, c’est mieux après la course ou deux à trois jours avant la compétition. La veille de la course, il faut passer le moins de temps possible debout et au soleil.

 

Prenez du temps pour relaxer.

La veille de la course, on est stressé et excité et on pense à plein de choses. On se demande si on est assez entraîné, on pense à nos compétiteurs, on se demande si on n’a rien oublié… Ça peut devenir très stressant et on peut perdre beaucoup d’énergie inutilement. C’est pourquoi j’aime prendre le temps de relaxer, que ce soit écouter de la musique calme en m’étirant, regarder Netflix ou même aller au cinéma. J’aime aller au cinéma la veille des courses puisque ça me force à ne pas penser à la compétition pour 1h30 à 2 heures. C’est encore plus efficace qu’écouter la télévision ou Netflix dans l’hôtel puisque ça m’oblige à rester assis et à ne pas regarder mon cellulaire. Trouvez une activité qui vous relaxe, que ce soit méditer, lire, écouter un film, et faîtes-en une routine pré-course.

 

La veille de la course, il n’y a rien que l’on peut faire qui va nous aider à mieux performer, mais il y a plein de choses qui peuvent nuire à notre course. La clé est de dépenser le moins d’énergie inutilement et de se reposer les jambes le plus possible. Ça ne sert à rien de penser constamment à notre compétition. C’est important de rester zen et de relaxer !

 

Antoine Jolicoeur Desroches
Directeur recherche et développement & Triathlète

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.